Une visite de l'église en 3D ?

Bientôt disponible !

L’église paroissiale Saint-Maclou qui mesure aujourd’hui 37 m de long sur 16 m de large, remonte à la fin du XIe siècle. Elle comportait déjà à cette époque la nef à cinq travées, éclairée par des fenêtres en plein cintre aujourd’hui aveugles, et le transept dont la croisée comporte quatre gros piliers supportant le clocher. Ce clocher de section carrée est orné de tourelles à chaque angle et surmonté d’une flèche de pierre, de forme octogonale, décoré d’un motif en relief en forme d’écaille de poisson, culminant à 30 m du sol. Partiellement détruite par la foudre le jour de l’Ascension 1923, elle fut reconstruite en 1927. Ces dernières années, l’état de l’ensemble du clocher qui s’était fortement dégradé, nécessitait une profonde restauration ; c’est ce qui a été fait, magnifiquement, en 2001. L’église primitive comportait également un choeur qui sera agrandi vers l’est au XVe siècle.

Fond de plan de Bruno Chauffert-Yvart, architecte des bâtiments de France, 1993. Mairie de Conflans ; complété par le groupe « Conflans à travers les âges ».

L’église et le cimetière en 1834.

Les bas-côtés ont probablement été édifiés au XVIIe siècle à la suite de la décision d’Henri II de Montmorency, seigneur de Conflans, d’aménager autour du chevet de l’église Saint-Maclou, une nécropole couverte pour sa famille. Cet important chantier qui s’étendait sur la majeure partie de l’actuelle place Gévelot, fut arrêté en 1632 lorsque Richelieu fit décapiter Henri II à Toulouse et confisquer ses biens. Il n’en reste aujourd’hui qu’une colonne engagée à l’angle nord-est de la chapelle Sainte-Honorine et les arcs en anse de panier faisant communiquer les bas-côtés avec le transept.

Jusqu’aux environs de 1860, le presbytère était attenant à l’église, mais des travaux importants furent effectués : la construction de la chapelle Sainte-Honorine, l’agrandissement de la sacristie, la suppression d’une partie du presbytère trop vétuste… En 1890, l’ancien porche avec narthex fut remplacé par le porche actuel auquel on accède par seize marches.

En 2000-2001, les voûtes pseudo-gothiques en briquettes et plâtre de la nef et des bas-côtés qui avaient été surajoutées à la fin du XIXe siècle et qui menaçaient de s’écrouler, ont été enlevées. Ces travaux ont permis, après restauration, de retrouver les magnifiques voûtes en bois de cet édifice.

Les deux églises successives du Prieuré


Plans annexés à un procès-verbal de visite du Prieuré « daté en son commencement du 25 novembre 1750 », Pierre Charles Delespine et Jacques Antoine Payen, architectes experts. Archives nationales.

L’église du XIe siècle…

Ce plan de masse représente l’ancienne église Sainte-Honorine du XIe siècle qui sera démolie en 1751 pour cause de vétusté (en noir) et la nouvelle devant la remplacer et qui sera consacrée en 1752 (en rose). L’église consacrée en 1086 ou 1087 mesurait environ cinquante mètres de long. Son portail était flanqué de deux tourelles rondes bien visibles sur le plan et qui communiquaient par une tribune située à l’intérieur de l’église, au-dessus du portail. La base de celle de droite est aujourd’hui la seule partie encore visible de cette église : elle se situe dans l’angle nord-est d’une cave de l’ancien prieuré, à droite après l’actuel passage couvert commandant l’entrée du parc municipal.

Le procès-verbal précise que les côtés de la nef ont été murés et que les bas-côtés ont été supprimés.

Au-delà de la nef, quatre gros piliers supportaient une tour-clocher haute de trente mètres, représentée sur un plan figuré de 1675. Le sanctuaire, fermé par une abside en cul-de-four, était flanqué de deux chapelles latérales, celle de gauche étant dédiée à la Vierge et celle de droite à saint Nicolas. Sur le côté de la chapelle Saint-Nicolas, une tourelle d’angle à six pans permettait d’accéder aux combles et devant cette chapelle se trouvait la sacristie.

L’église du XVIIIe siècle

La nouvelle église Sainte-Honorine (en rose foncé) sera construite en 1751 pour remplacer l’église romane démolie quelques mois auparavant. Elle peut être facilement localisée à partir de l’escalier à vis (représenté en gris) qui est celui de la tourelle de droite de l’ancienne église.

Elle avait des dimensions beaucoup plus modestes que l’ancienne, avec une surface environ quatre fois plus petite. La chasse contenant les reliques de sainte Honorine était située au-dessus du maître-autel. A la gauche de ce dernier, étaient placés : à même le sol la pierre tombale polychrome de Jean Ier de Montmorency ; dans un enfeu, le gisant de Jean Ier (ou de son père, Mathieu IV) et, sous l’enfeu, son caveau (la pierre tombale et le gisant sont aujourd’hui dans l’église Saint-Maclou). A côté, une porte ouvrait sur la sacristie et plus loin, deux arcades de la nef permettaient de communiquer avec la chapelle de la Vierge. Un troisième autel situé du côté gauche de la nef et identifiable par les cinq croix (symbolisant les cinq plaies du Christ), était dédié à saint Nicolas. A gauche du portail se trouvait l’auditoire, salle du tribunal du prieuré (en rose clair).

Ouvrages de référence

Informations utiles

-

Tel: -

paroisse-catholique-du-confluent.fr

8 Place de l'Église, 78700 Conflans-Sainte-Honorine

Privacy Preference Center

Visit Us On FacebookVisit Us On YoutubeVisit Us On InstagramCheck Our Feed