Contenus additionnels

Visite virtuelle

Bientôt disponible !


Découverte

Bientôt disponible !

Reconstruction historique 3D

Bientôt disponible !

LA CHAISE-DIEU, RAYONNANTE ABBAYE

UN PATRIMOINE D’EXCEPTION

CHEF D’OEUVRE DU GOTHIQUE MÉRIDIONAL, AU COEUR D’UN BOURG MÉDIÉVAL, L’ABBAYE DE LA CHAISE-DIEU EST UN ENSEMBLE ARCHITECTURAL EXCEPTIONNEL QUI REGORGE DE TRÉSORS.

1000 ans d’histoire à découvrir autour de 14 tapisseries restaurées

Les visiteurs peuvent admirer l’ensemble des 14 tapisseries dans des conditions uniques de mise en lumière et de proximité, au sein d’un écrin architectural spécialement rénové à cet effet.

Véritable trésor national, cette tenture unique est classée au titre des Monuments Historiques depuis 1840. Ces tapisseries forment l’unique exemple préservé au monde qui atteste du procédé de lecture typologique. Elles représentent une suite d’épisodes de la vie du Christ, mais aussi de la Vierge. Les scènes relatives au Nouveau Testament sont encadrées par des scènes de l’Ancien Testament, selon le procédé de la typologie biblique.

Exposées dans l’ancienne Chapelle Notre-Dame du Collège, il est possible d’en contempler la richesse iconographique, de nombreux animaux dont certains fantastiques, de merveilleuses reproductions florales ainsi que des tenues vestimentaires d’époque.

Vous découvrirez aussi les armoiries de Jacques de Saint-Nectaire, ainsi que le blason de l’abbaye, où figurent des fleurs de lys octroyées par le roi de France Louis XII en 1501.

Elles sont représentées tout au long du cycle proposé par l’ensemble de la tenture, permettant ainsi d’estimer la date du tissage à partir de 1501, sous l’abbatiat de Jacques de Saint-Nectaire mort en 1518.

Feature one

Change the color to match your brand or vision, add your logo, choose the perfect layout, modify menu settings and more.

Feature two

Change the color to match your brand or vision, add your logo, choose the perfect layout, modify menu settings and more.

La peinture murale de la Danse macabre

Réalisée aux alentours de 1430, elle fait directement suite à celle qui a servie de modèle à toutes les autres, au cimetière des Saints-innocents à Paris en 1424, disparue depuis. Les transis, squelettes décharnés, emmènent les vivants vers leurs déchéances. Toute la société médiévale de l’époque est représentée, des puissants au peuple, des religieux aux laïcs, personne n’échappe à la Mort.

Le fac-similé de la danse macabre

La peinture murale a vraisemblablement perdu ses couleurs du fait des conditions climatiques de l’église et du désintérêt pour l’oeuvre après le XVIe siècle. Pour figer dans le temps un moment de son histoire, un fac-similé a été réalisé. Présenté au sein du parcours, dans une salle dédiée, une animation spécifique le remet dans le contexte de sa conception (guerre, épidémie de peste, famine).

Le tombeau du Pape Clément VI et la loge du Pape

L’église telle que nous la connaissons est le fait d’un homme passé enfant à l’abbaye et qui par son érudition et sa diplomatie, s’est érigé au rang de pape. Ceci fait en 1342 en Avignon, il décide, 2 ans

plus tard, d’élire sépulture dans l’abbaye qui l’a vu grandir. Au centre de l’ancien choeur des moines est toujours visible son tombeau en marbre noir surmonté d’un gisant représentant Clément VI dans un très beau marbre blanc. La loge du pape est aménagée dans les anciennes cuisines de l’abbaye et met en scène, entre autre, un dialogue semi-imaginaire entre le Pape Clément VI et son neveu, le futur Pape Grégoire XI.

Les stalles du choeur des moines

Elles furent réalisées suite à la reconstruction de l’église abbatiale. On en compte 144, ce qui ne correspond pas forcément au nombre des moines présents à cette époque. Il faut plutôt aller cehrcher du côté de la symbolique. En les observant, on retrouve le style gothique méridional, orné mais pas surchargé. De fines colonnettes s’achèvent sur des culots imagés. Les miséricordes sont végétalisées hormis celle réservée à l’abbé. Des créatures chimériques s’inscrivent dans des cercles entre chaque arc brisé. C’est tout l’imaginaire médiéval qui se montre à nous.

Le cloître

A la suite de l’érection de la nouvelle église abbatiale, plusieurs campagnes de reconstruction du cloître
vont voir le jour. Il suffit de contempler les arimoiries présentes sur les clefs de voûtes pour retrouver le commanditaire des galeries. Au nord, c’est l’Abbé André Ayrault de Chanac qui l’érige entre la fin du XIVe et le début du XVe siècle. A l’ouest, c’est l’infirmier Pierre Jouvenroux qui en est le commanditaire, espérant ainsi devenir le futur abbé. Mais c’est Jacques de Saint- Nectaire qui obtient finalement la charge en 1492 et qui fera achever le cloître avant que des incendies au XVIIIe s. et le vandalisme du XIXe s. n’endommagent durablement ces deux galeries maintenant disparues.

La salle de l’Echo, 1682

La date de construction nous est connue grâce à l’inscription présente sur le linteau de la cheminée. Partie intégrante des bâtiments conventuels, on ignore encore quelle était sa fonction. La particularité accoustique de la pièce alimente la légende d’un confessionnal pour les lépreux. Or à cette période,
la maladie n’est plus présente en France. Il n’est fait mention nulle part d’une maladrerie ou léproserie pour s’occuper des malades. Le terme en lui-même est trompeur, plutôt qu’écho, il faudrait l’appeler «la salle des murmures»

Dates importantes

Robert de Turlande, ancien chanoine de Brioude choisit de se retirer dans un lieu désert du Livradois qui ne porte pas encore le nom de La Chaise-Dieu .

Les moines autour de Robert de Turlande se font plus nombreux, transformant le premier monastère roman en « Casa Deï » (« La maison de Dieu »).

Le pape Clément VI, élu en Avignon et à l’origine d’une partie du Palais des Papes actuel, décide de faire de l’abbaye de La Chaise-Dieu le siège de sa sépulture aux côtés de saint-Robert.

Création de la peinture murale de la Danse macabre

Le cardinal Richelieu impose la réforme des congrégations bénédictines dans tout le royaume en confiant la tâche aux moines de l’abbaye de Saint- Maur : La Chaise-Dieu sera l’une des premières abbayes réformées.

Création de la salle de l’écho

Installation de l’orgue

L’abbaye est saisie, durant la période révolutionnaire au titre des biens nationaux. L’ensemble abbatial est en grande partie démembré et les moines dispersés.

Création de la paroisse de La Chaise-Dieu

Premier Festival de La Chaise-Dieu à l’initiative de Georges Cziffra

Première exposition Picasso

Installation des frères de Saint Jean

Réhabilitation de l’ensemble abbatial portée par le Syndicat Mixte du Projet Chaise-Dieu.

Informations utiles