Voir aussi le carnet « 1 journée dans la vallée de Chevreuse« .

Il est possible de visiter gratuitement la haute-cour du château. La basse-cour est divisée en plusieurs parcelles privées qui ne sont pas ouvertes au public. On accède à la maison du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse par l’ouverture de l’ancien pont-levis. Il est alors possible de visiter quelques pièces et couloirs où une exposition retrace l’histoire du château.

Pour anecdote, la cour du château servit de lieu de tournage en extérieur pour la série kaamelott.

Château de la Madeleine en 1624.

Son histoire

Les seigneurs de Chevreuse dédient la chapelle du château à sainte Madeleine et ce vocable s’est étendu au château lui-même.

Sa construction a commencé entre 1030 et 1090. Elle a été commandée par Gui Ier, seigneur de Chevreuse. Il s’agissait de défendre la ville de Chevreuse, victime de pillages. De cette époque, il ne subsiste probablement plus rien. La tour maitresse actuelle devait être précédée d’une tour en bois dont les fondations auraient été perçues lors de fouilles archéologiques.

Au XIe siècle, la haute-cour n’était sans doute entourée que d’une palissade en bois qui ne fut remplacée par des murailles de pierre qu’au XIIe siècle. Le donjon de pierre aurait été construit durant la seconde moitié du XIIe siècle ainsi que l’aula dont il ne subsiste aucun vestige en élévation. Un siècle plus tard, probablement sous le règne d’Anseau de Chevreuse, d’importantes modifications furent apportées au château, avec notamment la construction de mâchicoulis. La porte était protégée par des douves où l’eau était retenue par une digue et servait sans doute aux usages domestiques. Des ponts-levis permettaient la circulation des véhicules et des piétons.

En 1356, le château changea de mains : Ingerger le Grand, seigneur de Chevreuse et d’Amboise, est fait prisonnier en Angleterre pendant la guerre de Cent Ans. Il est contraint de vendre son domaine pour payer sa rançon. Le futur Pierre de Chevreuse le racheta.

Les fortifications existantes furent grandement améliorées sous les règnes de Charles V et de Charles VI, qui financèrent les travaux grâce aux impôts royaux. Les travaux furent achevés sous Louis XI (1461-1483). Tout comme le château, la ville était elle aussi fortifiée : on construit un rempart crénelé haut de 3,50 mètres et muni de tourelles. Les défenses étaient complétées par un fossé de 15 mètres.

Au XVIIe siècle, vers 1661, Jean Racine supervisa des modifications du donjon ; le chemin qui va de l’abbaye de Port-Royal des Champs jusqu’au centre-ville de Chevreuse en passant par le château de la Madeleine a été baptisé de son nom. La rue qui permet d’accéder au château et qui est appelée « la côte de la Madeleine » est officiellement dénommée le « Chemin de la butte des vignes » car le coteau exposé au Sud, sous le château de la Madeleine, était couvert de vignes jusqu’à l’arrivée du phylloxera en 1860.

Il semblerait que le donjon ait été partiellement restauré au XIXe siècle.

Les dernières modifications datent du XXe siècle. Au cœur du château a été édifiée la maison du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse dont l’architecture moderne s’insère dans la cour intérieure tout en utilisant des salles anciennes, grâce à l’utilisation de la meulière.

Plan du Château de la Madeleine au XIVe siècle.

État actuel

Les vestiges intacts visibles en haute-cour sont les suivants :

  • une enceinte complète avec deux tours carrées à l’est, face au village ;
  • la porte principale entourée de deux tours. Le fronton en pierre s’est écroulé et a été remplacé par un linteau en bois ;
  • deux tours rondes dont l’une est semi-circulaire et l’autre surmontée d’une tourelle de guet ;
  • un donjon dont il reste de petites fenêtres ou ouvertures du XIe siècle et sur l’autre façade des fenêtres du XIVe ou du XVe siècle ;
  • un puits du XVe siècle ;
  • des mâchicoulis au sommet des remparts.

Ouvrages de référence

Informations utiles

-

Tel: 01 30 52 09 09

Chemin Jean Racine, Chevreuse